SAVOIR-FAIRE DU

BOIS

Le bois

De nombreux métiers d’art exploitent la matière du bois. En effet, les ébénistes, les menuisiers ou les sculpteurs ornemanistes utilisent tous cette essence. Mais elle est également présente dans d’autres métiers comme celui du coutelier d’art, exercé notamment par Pascal Renoux. Tous ont pour point commun l’amour et le respect des matériaux vivants du bois et de ses essences rares.

Chacun de ces spécialistes ont leur approche respective du bois. Ils le travaillent avec leur corps et leurs sens. Ils le coupent, le scient, le taillent, le débitent ou même le goûtent. Leurs outils, leurs gestes et leurs techniques diffèrent d’une spécialité à l’autre. L’usage de ce matériau a évolué dans l’histoire et s’applique aujourd’hui dans l’industrie, le design, l’artisanat et la construction, et même en art contemporain.

Les savoir-faire

Les savoir-faire des artisans exploitent les essences de bois en fonction des spécialités et tentent même de pousser ses propriétés plus loin à travers la recherche. Aussi, Sandrine Raffin, archetière, exploite le pernambouc. François Gilles, sculpteur ornemaniste, sculpte le chêne, l’ébène, l’acajou ou encore le noisetier.

Steven Leprizé expérimente cette matière et joue avec elle pour inventer le bois gonflable qu’il transforme en matière souple. Tandis que Bruno de Maistre crée du mobilier innovant comme une table de jeux coulissante à l’architecture complexe. Bernard Mauffret et Louis Monier poussent les propriétés mécaniques du bois plus loin dans la conception de leurs pièces pour créer des formes géométriques et des courbes.

Tous ces métiers sont un ensemble unique de connaissances qu’il faut néanmoins placer au cœur des enjeux contemporains. En effet, ils sont tous concernés tant par la préservation de cette ressource que par la diversité renouvelée de ses champs d’application.

Alors que les artisans sont concernés par l’approvisionnement en matière première, beaucoup d’essences sont soumises à des règles strictes, notamment le pernambouc. Ainsi, les artisans rencontrent parfois des difficultés mais s’impliquent concrètement en faveur d’une utilisation durable et raisonnée de cette précieuse essence de bois.