Mona Oren – Sculptrice en cire

Île-de-France  – 1975

 

Le cirier est l’artisan qui fabrique des bougies et des cierges. Ce métier a demeuré essentiel jusqu’au XIXème siècle car ces petits objets faisaient partie de la vie quotidienne. En effet, à l’époque, ils ont été le seul moyen d’éclairage dans les maisons. Le cirier travaille un mélange de cire animale (cire d’abeille), minérale (paraffine) et végétale. Mona Oren, sculptrice en cire, travaille cette matière de façon unique.

 

Après des études d’art à l’Ecole Thelma Yellin en Israël, Mona Oren est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2002. En 2006, elle entre en résidence aux Beaux-Arts de l’université de Chiang-Mai en Thaïlande à travers le programme de l’UNESCO.

 

La cire est son « premier amour » né lors de ses premières semaines aux Beaux-Arts. Depuis vingt ans, Mona Oren crée des œuvres protéiformes qui convoquent régulièrement le dessin, la photographie, la vidéo et l’installation, mais dont le centre de gravité reste la sculpture. Venue à l’art par le goût du contact avec la matière, des volumes et des surfaces, elle réalise des œuvres tridimensionnelles qui font ensuite l’objet d’une mise en situation : spatialisation, transcription, série photographique ou vidéo.

 

2019 – Mona Oren entre en résidence à la Villa Médicis.

2018 – lauréate du Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main – Dialogues. 

 

Recherche et innovation

Son travail lui vaut d’être remarquée par de grandes Maisons de luxe telles que Guerlain, Dior, Chaumet ou le Plaza Athénée. Elle collabore avec elles depuis plus de dix ans sur divers projets et notamment la création de décors. Ses œuvres font l’objet de nombreuses expositions dans les musées et les galeries françaises et internationales.

Depuis janvier 2020, elle travaille dans son atelier à St-Denis.

 

L’approche très créative de Mona Oren, qui exploite la force évocatrice et formelle des matériaux, peut être comparée à une pratique post-minimaliste. Elle travaille la cire blanche à l’aide d’une simple plaque électrique et d’une casserole. Par la suite, elle donne forme à son matériau grâce aux moules qu’elle réalise en silicone, en plâtre, en résine ou en latex. C’est grâce à son savoir-faire très spécifique qu’elle parvient à obtenir une épaisseur de cire très fine, de 1 ou 2 millimètres.

 

Volonté de transmission

Il n’y a aucune formation initiale pour ce métier. En effet, la transmission de ce savoir-faire s’effectue par les ciriers eux-mêmes au sein de leurs ateliers. Il existe en France une dizaine de ciergeries et manufactures de bougies artisanales.

 

Mona Oren participe activement à cette transmission. Elle assure des cours hebdomadaires en sculpture et modelage aux Ateliers Terre & Feu à Paris, et anime des workshops en sculpture et moulage de la cire au sein d’écoles telles que l’ESAD d’Orléans, l’Ecole d’Art Thelma Yellin en Israël, l’ISCID – Université Toulouse. De plus, L’ENSBA Paris, l’IFM, Maison & Objet et le Palais de Tokyo l’ont sollicitée pour animer des conférences.

 

Enfin, elle a formé son premier apprenti stagiaire durant l’été 2020.

 

La Fondation Rémy Cointreau permet à Mona Oren de s’approvisionner en cire et d’équiper son atelier afin de faciliter l’aménagement de celui-ci pour la commercialisation de ses produits.

 

Steven Leprizé – Ébéniste chercheur

BOIS

Lucile Viaud – Artisan verrier goémonier

VERRE