Pascal Renoux – Coutelier d’art

NOUVELLE-AQUITAINE – 1972

 

Pascal Renoux est diplômé des Beaux-Arts d’Angoulême et d’un BTS en architecture d’intérieur. C’est au cours de ses études qu’il rencontre la forge avec son beau-père et qu’il décide finalement, de devenir forgeron.

 

En 1996, sa passion se concrétise avec la création de son entreprise artisanale. Dans cet atelier spécialisé, il réalise des pièces de forge pour les monuments historiques et reconstitue des armes médiévales. L’exigence et l’excellence guident tous les jours son travail. « Nous aimons que chacune de nos créations soit en accord avec nos exigences: précision, délié mécanique et pureté des lignes. Chaque détail est minutieusement contrôlé, observé, pour atteindre l’excellence. Nous mettons une intention dans chaque création, car nous croyons à l’alchimie des matières et à celle qui existe entre vous et les objets ».

 

Il consacre 50% de son activité à l’affûtage ou à la fabrication d’outils de tonnellerie. Aujourd’hui, en plus de la réalisation de couteaux traditionnels, Pascal Renoux conçoit des pièces en damassé d’acier, des couteaux à secrets et dispose d’une réelle expertise en métaux.

 

Pascal utilise des techniques d’armurerie et de joaillerie transposées sur la coutellerie. Il dit qu’il « butine la moelle de chaque métier pour créer et améliorer le résultat final ».

 

En 2008, il reçoit le prix de la SEMA (Société d’Encouragement aux Métiers d’Art) départemental et régional, et en 2019, la distinction de Meilleur Ouvrier de France.

 

 

Volonté de transmission

 

Très attaché à la transmission de son métier et à la pérennisation de son savoir-faire, Pascal Renoux compte dans son entreprise quatre personnes et deux stagiaires à temps plein. En effet,  il considère comme primordial l’apprentissage en atelier.

 

À l’instar de ses prédécesseurs du XVIIIe siècle, il attache une grande importance au suivi des apprentis sur le terrain jusqu’à leur maîtrise des « gestes vérités », allant du rangement d’un atelier de gravure au classement de l’outillage. De surcroît, il oppose cette pédagogie ancestrale à l’éducation d’aujourd’hui.

 

 

La Fondation Rémy Cointreau a permis à Pascal Renoux de mettre en place des postes de travail supplémentaires et d’acquérir des machines à poncer les métaux.

 

François Gilles - Sculpteur Ornemaniste

BOIS

Sandrine Raffin - Archetière

BOIS