SAVOIR-FAIRE DU

VERRE

Silice (fonte du sable), paraison, calice, pied, soufflage, baccarat, tous ces termes ont un point commun : le verre.

Le maître-verrier (vitrailliste) est chargé de fabriquer ou restaurer des objets décoratifs en verre (vitrail, figurines, sculptures) ou utilitaires (art de la table, verrerie spécifique). Il travaille sur base d’idées personnelles ou de modèles (dessin, plan à échelle réduite) et assemble au plomb des verres plats, colorés ou non, et parfois enrichis de motifs peints appelés grisailles. Il sélectionne la matière et l’outillage, compte tenu des caractéristiques techniques des matériaux (composition, point de fusion). Il transforme la matière de base par le découpage, la mise en forme, le façonnage ou l’assemblage.

Le verrier peut fabriquer ses propres créations en verre fusionné et thermoformé. Cette technique consiste à assembler, à froid et à plat, des morceaux de verre superposés. L’ensemble est inséré dans un four spécial « fusing » à 800 degrés pour former une seule pièce homogène.

Pour les vitraux, la conception commence avec des panneaux. En effet, le vitrail au plomb a des dimensions à respecter avant d’éviter d’être fragilisé. La coloration des pièces et leur découpe au coupe-verre à molette ou le diamant. La technique d’assemblage après cuisson se fait au plomb. La difficulté ensuite est la pose qui est un véritable savoir-faire selon le support : la pierre (églises), le bois ou le béton.

Oscillant entre ombres et lumières, le vitrail est le nouveau terrain d’expression des jeunes maîtres verriers qui souhaitent proposer des motifs innovants tout en continuant à conserver et restaurer les monuments historiques, partie de notre patrimoine vivant.