SAVOIR-FAIRE DE LA

FERRONNERIE

Le ferronnier forgeron met en forme le fer à chaud par forgeage, c’est-à-dire le battage du métal au marteau sur une enclume. Il réalise des ouvrages de grande taille comme des grilles, des garde-corps, des rampes d’escalier… mais aussi de petits objets décoratifs ou de mobilier.

L’ouvrage terminé peut être poli, peint, patiné ou laissé brut.

« La base du métier, c’est le dessin. » Car le ferronnier d’art est un créateur. Il conçoit et réalise des ouvrages en fer, en cuivre, mais aussi en inox, en acier, ou en plomb, destinés à la décoration intérieure (chenets, tables, lampadaires) et extérieure (portails, rampes d’escalier, grilles). Ici Joël Guillaume a contribué, en équipe, à la restauration du portail d’entrée de l’Elysée récemment entre autres.

Qu’il s’agisse de créations contemporaines, de copies ou de restauration de modèles anciens, le ferronnier allie sens artistique et bonne connaissance du dessin (géométrique et d’art). Il travaille à partir d’esquisses, mais aussi de mesures et de repérages. Les pièces sont façonnées à la forge, en recherchant la perfection des volutes et des courbes. Les feuillagistes sont spécialisés dans l’élaboration de motifs ornementaux. Le ferronnier d’art peut être salarié ou artisan.